Qui sommes-nous
Les 9 sociétés membres
Société Linnéenne de Bordeaux
Société Archéologique de Bordeaux
Société Astronomique de Bordeaux
Centre Généalogique du Sud-Ouest
Société Spéléologique et Préhistorique de Bordeaux
Société d'Ecologie Humaine et d'Anthropologie
Thoth - Civilisations Sans Frontières
Apistoria
Kairinos
Gestion de la salle de conférences
Plan d'accès
Mois scientifique d'Aquitaine
Mots-clés

Contacts

Liens sites amis

Société Archéologique de Bordeaux

Bref regard sur la Société archéologique de Bordeaux

Fondée en 1873, la Société Archéologique de Bordeaux est une association de type Loi 1901, déclarée d'utilité publique en 1915.
Elle a pour objectif d'étudier, faire connaître et protéger le patrimoine archéologique, historique et artistique de la ville de Bordeaux et du département de la Gironde.
Elle est ouverte à tous sans titre particulier ; c'est une société d'inspiration républicaine et laïque. L'adhésion à la Société permet de participer aux différentes activités et de recevoir la revue annuelle qui rassemble les textes des communications de l'année écoulée.

Le siège de la Société Archéologique de Bordeaux est situé dans l'Hôtel des Sociétés savantes, 1 place Bardineau (33000 Bordeaux) au 3ème étage.
Site Internet : https://www.societe-archeologique-bordeaux.fr

 

Au sein de la SAB
En 1947 est fondée la section numismatique qui prend le nom de Cercle Bertrand-Andrieu le 12 janvier 1952, d'après le nom du graveur de médaille d'origine bordelaise.
Le groupe Jules-Delpit
est fondé en 1957, nommé d'après un savant archiviste bordelais. Le groupe prend la relève de la Société des Archives historiques dont l'activité vient de s'arrêter et qui laisse un vide dans ce domaine particulier de l'étude des archives.

Les activités de la SAB
Les statuts de 1873 définissent son activité et le champ de ses applications :
Une Société d'archéologie est établie à Bordeaux pour contribuer à la propagation de l'étude archéologique des monuments de toute nature … En vue de ce but elle pourra fonder des cours publics, donner des prix, organiser des expositions, faire des publications destinées à rendre plus facile la connaissance des antiquités (surtout locales).
C'est une société qui se définit d'abord comme "de communication", désirant rassembler toute l'information sur les connaissances archéologiques.
Les statuts modifiés et reformulés adoptés en 1910, précisent :
1° assurer la conservation des antiquités (monuments et objets anciens de toute nature et de toute époque) se rattachant à la région autrefois comprise sous la dénomination d'Aquitaine.
2° faciliter la connaissance de ces antiquités en contribuant sous toutes les formes qui seront reconnues utiles au développement des études et recherches archéologiques, historiques et artistiques s'y rapportent.

 

Les publications
Le Bulletin, qui s'appellera plus tard Revue archéologique de Bordeaux, incarne la raison d'être principale de la Société. Le premier numéro est publié en 1874 (consultable sur Gallica BNF jusqu'en 1932) ; la publication se poursuit activement aujourd'hui.

 

La veille archéologique
La Société persiste dans cette veille par des interventions auprès des autorités territoriales pour défendre un patrimoine menacé (tel. 06 63 77 03 28).

 

La bibliothèque
La Société a depuis l'origine une bibliothèque qui est actuellement en cours de réaménagement.

Le cours public et l'atelier de Numismatique
Dans la ligne de la pensée développée à la Révolution par Condorcet et pour compléter le programme Jules Ferry en faveur de l'instruction publique, il est envisagé dès les statuts de 1873 la création d'un cours public qui a lieu chaque année en févier et mars. Le cercle Bertrand Andrieu organise aussi un atelier public pour l'initiation à la numismatique.

Le musée du Vieux Bordeaux
Après de vains espoirs, la SAB décide de créer son propre musée, le musée du Vieux Bordeaux, dans un édifice récemment restauré, la porte Cailhau, avec le soutien du maire Alfred Daney ; il est inauguré le 27 décembre 1907. Il est alimenté par des dons qui affluent pour doter et enrichir les collections. Conformément à sa vocation, la SAB déposera en 1981 l'essentiel de ses collections au musée d'Aquitaine qui en assure la conservation et en expose les pièces remarquables.

.

 

Les excursions
Enfin érudition et sociabilité culminent dans les excursions, visites d'expositions, de monuments ou de sites archéologiques qui sont organisées chaque année.

D'après "Regards sur la Société Archéologique de Bordeaux", Marie-France Lacoue-Labarthe, ancienne présidente, publié dans la Revue Archéologique de Bordeaux, Tome XCVII, année 2006, p.219-256 (consultable sur Internet, site de la SAB).

 

 

LES OUVRAGES

 

CONSTRUIRE BORDEAUX AU XVIIIe SIÈCLE

Les frères LACLOTTE, Architectes en société (1756 -1793)

par Philippe Maffre

Prix 2014 de l'Académie

L'auteur, Philippe Maffre, est membre de la Société archéologique de Bordeaux et conservateur des Antiquité et Objets d'Art au Ministère de la Culture. Il a soutenu en 1998 à l'université de Michel-de-Montaigne-Bordeaux III une thèse d'histoire de l'art intitulée " Les sociétés Laclotte (1756 - 1793) ". Il était alors ingénieur au Service régional de l'Inventaire et ses recherches étaient soutenues par Jean-Claude Lasserre, ancien président de la Société archéologique de Bordeaux.

Fidèle aux buts qu'elle s'est donnés depuis l'origine, la Société archéologique de Bordeaux est heureuse de publier l'adaptation d'un travail de recherche important contribuant à une meilleure connaissance du Bordeaux architectural familier à notre regard.

L'ouvrage est en vente (39€ et 35€ pour les sociétaires) depuis le 9 novembre 2013 à la Société Archéologique de Bordeaux, 1 place Bardineau Bordeaux et chez les libraires bordelais.

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

 

Les clochers-tours gothiques de l'arc atlantique de la Bretagne à la Galice

Textes réunis par Samuel Drapeau et Philippe Araguas à la suite des journées d'étude des 7 et 8 juin 2013 organisées par l'institut Ausonius à la maison de l'Archéologie

Les clochers-tours, étroitement liés à l'architecture religieuse occidentale depuis le Haut-Moyen Age, acquièrent à l'âge gothique une présence considérable dans le paysage urbain autant que rural. Témoignant d'une propension des maîtres d'œuvre à manifester une incontestable virtuosité, ils sont avant tout, de la part de leurs promoteurs, évêques, chanoines ou autorités civiles, des "gestes architecturaux forts", pour reprendre une locution journalistique contemporaine qui permet assez bien d'esquiver la désignation de leur complexe fonctionnalité. Les études réunies dans cet ouvrage sont autant de réflexions sur les motivations, les circonstances et les modalités de leur mise en œuvre dans un espace unifié par d'intenses échanges commerciaux et culturels, celui désigné, lui aussi par une locution contemporaine commode, "l'arc Atlantique", et dans un temps qui court du XIIIe au XVIIe siècle.

Pages d'Archéologie et d'Histoire Girondines -9 - Edition 2015 - 115 pages - 18 €

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

 

Jean-Auguste Brutails

Textes réunis par Philippe Araguas à la suite des journées d'étude des 17 et 18 juin 2011 organisées par l'institut Ausonius et l'Université Bordeaux-Montaigne et par la Société Archéologique de Bordeaux aux Archives départementales de la Gironde.

Pages d'Archéologie et d'Histoire Girondines, 10 - 15 €